Nos prochaines actions

  • Rechercher

Afrique - Webinaire – Banque africaine de développement (BAfD) : Stratégie et priorités sectorielles

lundi13septembre
Plateforme de webinaire Les codes de connexion vous seront envoyés la veille Voir sur la carte

WEBINAIRE DU CONSEIL INSTITUTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

avec M. Stéphane MOUSSET, administrateur pour la France, la Belgique et l’Espagne auprès de la BAfD

présidé par M. Mathieu PELLER, vice-président du conseil d’entreprises France-Afrique de l’Est de MEDEF International et directeur des opérations Afrique de Meridiam

Fondée en 1964 et basée à Abidjan, la Banque africaine de développement (BAfD) est une institution financière multilatérale disposant de 81 actionnaires (les 54 États africains ainsi que 21 pays non-régionaux) et dont le mandat vise à promouvoir une croissance économique et une réduction de la pauvreté durables en Afrique à travers priorités (« High Five ») : (i) éclairer l’Afrique, (ii) nourrir l’Afrique, (iii) industrialiser l’Afrique, (iv) intégrer l’Afrique, (v) améliorer la qualité de vie des populations en Afrique.

Le Groupe BAfD est composé de la BAfD – qui prête à des conditions non-concessionnelles aux pays à revenu intermédiaire –, du Fonds africain de développement – guichet concessionnel en faveur des 38 pays africains à faible revenu –, et du Fonds spécial du Nigeria – financé par le gouvernement nigérian. Le Groupe BAfD intervient principalement au travers de prêts, dons, garanties et prises de participation.

En 2020, dans un contexte de crise, le Groupe BAfD a décaissé 7,3 Mds USD pour accompagner ses pays d’opération, et ce, notamment dans le cadre de sa Facilité de réponse rapide contre le COVID-19 qui permettra de déployer jusqu’à 10 Mds USD.

Ainsi, cette réunion d’échange sera l’occasion :

  • de connaître les modalités d’intervention de la BAfD et sa réponse face à la crise COVID-19 ;
  • de faire le point sur les initiatives en cours et ambitions dans les secteurs prioritaires tels que la transition énergétique et la sécurité alimentaire ;
  • d’échanger sur les attentes, opportunités et éventuels freins rencontrés par les acteurs privés en Afrique.